Libellés

vendredi 16 juin 2017

Un candidat, c'est plus qu'une étiquette

En cette campagne de deuxième tour, j'entends candidats et journalistes expliquer qu'une majorité En Marche à l'assemblée donnerait les pleins pouvoirs à Emmanuel Macron. C'est assez amusant quand les mêmes "analystes" nous ont expliqué qu'il ne fallait pas l'élire président car il n'aurait pas de majorité.
Ces gens veulent nous faire croire que les candidats En Marche, faute d'un long parcours dans un vieux parti, sont des béni oui oui incompétents. Certains vont jusqu'à expliquer qu'une chèvre avec l'étiquette En Marche pourrait gagner. Or les enquêtes journalistiques soulignent un réel effort de notre mouvement pour représenter la société et présenter des candidats de qualité.
J'ai participé dans mon quartier à la campagne de Thomas Rudigoz. Je sais que s'il est élu nous aurons un député attaché à Lyon et aux Lyonnais. Je suis heureux de voter pour lui en tant que personne et pas en tant que porte-étiquette.

Notre candidat est né à Lyon. Après un début de carrière dans le journalisme, il s'est impliqué dans la politique lyonnaise auprès d'Anne-Marie Comparini et de Raymond Barre, puis de Gérard Collomb. Dans son parcours il a montré un ancrage loyal au 5e arrondissement dont il est aujourd'hui le maire. J'ai été frappé par son humilité, son écoute et sa curiosité. Le maire et le candidat s'effacent vite derrière le citoyen lyonnais qui s'intéresse aux habitants et aux besoins de sa circonscription. Lorsqu'il se présente aux électeurs, c'est sans s'attendre à être reconnu et avec l'envie de les connaître. Cette attitude me convainc qu'il sera un député à l'écoute et surtout présent pour rendre compte de son action.
Dès notre première discussion à propos de cette campagne, Thomas Rudigoz m'a parlé des valeurs humanistes de notre circonscription. Qu'Emmanuel Marcon gagne ou perde les présidentielles, il voulait que nous soyons représentés par une personne qui porte notre identité d'ouverture, de mixité sociale et culturelle. Il m'a aussi parlé de défendre ses convictions face aux citoyens et face aux intérêts privés, de défendre les lois et les amendements qu'il portera parce qu'il sera persuadé de leur utilité. 

Je crois que nous ne sommes pas uniquement appelés à donner une majorité plus ou moins large à notre Président ce dimanche. Nous avons l'occasion de comparer des personnes avec un parcours, des convictions et des projets. A nous de choisir lequel sera notre voix pour orienter l'avenir de notre pays les 5 prochaines années. Je crois que Thomas Rudigoz est un bon choix, qu'on ait ou pas voté pour Emmanuel Macron au premier tour des présidentielles.



mercredi 3 mai 2017

Oui, un Chrétien peut voter pour Emmanuel Macron sans "perdre son intégrité"

Je n'ai pas l'habitude d'évoquer mes convictions religieuses dans les questions politiques. Je les considère hors sujet. Je sens pourtant la nécessité de réagir aux propos que je lis et j'entends de la part de quelques Chrétiens au sujet du 2e tour des présidentielles.
Le 28 avril, un article du site infochretienne.com (dont le contenu est loin de représenter la pensée chrétienne) allait jusqu'à affirmer "si votre bulletin ce jour-là n’est pas blanc, il emportera avec lui votre intégrité, votre honneur et votre lumière". Je suis choqué par une telle injonction car la foi n'est pas une conviction politique, et réciproquement. Chacun doit décider ce qui lui semble bon pour le pays dans lequel il vit. Jésus lui-même a affirmé devant Pilate "Mon royaume n'est pas de ce monde" (Jean 18 : 36). Dès lors l'instrumentalisation de la foi chrétienne à des fins politiques est une manœuvre humaine qui prend le nom de Dieu en vain.
Ces dernières années, ceux-là même qui dénoncent le communautarisme ont développé un clientélisme à destination d'une communauté de Chrétiens. Ils véhiculent l'image d'une religion obnubilée par la réduction des droits des femmes et des homosexuels. Cette image est complètement fausse.

Je tiens donc à expliquer pourquoi un Chrétien peut soutenir Emmanuel Macron sans perdre son intégrité. Je le fais à titre personnel en tant que Protestant évangélique. Je refuse évidemment d'indiquer ce que devrait faire un "bon Chrétien" dimanche prochain. Chacun devra suivre sa conviction, car "tout ce qui n'est pas le produit d'une conviction est péché" (Romain 14:23).

Commençons par ce qui freine certains de mes coreligionnaires. 
Il y a certes des éléments du programme d'En Marche qui ne correspondent pas à l'application politique du mode de vie chrétien. Je relève notamment les dispositions du chapitre Famille et Société. Ce dernier commence par la phrase "Il n’y a pas un modèle unique qui représenterait la « vraie » famille." qui est interprétée par certains comme une attaque contre leur conception du monde ou leurs choix personnels.
Il faut tout d'abord garder à l'esprit qu'en la matière d'une part les droits octroyés aux uns ne retirent rien aux autres, d'autre part l'Etat doit faire avec les choix personnels de chacun, pas les contraindre.
La notion de famille n'est pas une abstraction, c'est une réalité fondamentale de notre organisation sociale. La fragilité des structures familiales dans l'Europe contemporaine est une source de préoccupation légitime tant elle peut générer de souffrances. Ces questions méritent un dialogue ouvert et apaisé. 
L'opinion des croyants n'est pas moins légitime que les autres et j'entends la désapprobation de certains sur ce point. Doit-il être la seul boussole du vote chrétien ? Non. 

Notre foi implique une responsabilité particulière envers l'environnement. Nous croyons que Dieu a créé le monde et qu'il nous en a confié le soin. Je ne reprendrai pas une démonstration que d'autres ont faite avec bien plus d'inspiration que moi, notamment le pape François. 
Avec la proposition d'un "Grenelle de l'alimentation" et une politique environnementale ambitieuse, Emmanuel Macron peut garder à la France son rôle de leader mondial dans le domaine. Notre pays doit non seulement montrer l'exemple par son volontarisme, mais aussi par la démonstration qu'une société respectueuse de la création n'est pas moins heureuse ou prospère que les autres. N'oublions pas que les plus gros pollueurs du monde ne suivront notre voie qu'à ces conditions. 

Le soin accordé à l'exclu et à l'étranger n'est pas une question négligeable. Notre Seigneur lui-même a migré en Egypte dans son enfance, il est né dans une étable, issu d'une minorité méprisée dans son pays : "Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?" (Jean 1:46). 
S'il y a en France une part conséquente de la nation mue par la peur de perdre ce qu'elle a, il y a aussi des millions de personnes déjà mises au ban de la société. Protéger les premiers tout en permettant aux seconds de trouver une place et de s'y épanouir est l'un des plus grands défis de notre siècle. 
Emmanuel Macron propose une augmentation inédite des ressources consacrées à l'éducation dans les quartiers en difficulté. La souplesse qu'il offre aux établissements de l'Education Nationale permettra à chacun de s'adapter aux besoins de ses élèves. Il ne faut pas niveler notre jeunesse par le bas en sabotant les filières d'excellence. Il faut au contraire la tirer vers le haut, accorder à chacun l'attention dont il a besoin pour découvrir et révéler son potentiel. C'est ce que permet le développement de l'alternance et de l'entrepreneuriat.  
Un Chrétien doit-il accepter que son pays se mure derrière ses frontières quand le monde saigne ? Je ne le crois pas. En Marche veut que notre nation ait un comportement responsable face à la crise migratoire qui frappe la Méditerranée.

La laïcité est la liberté qui nous touche le plus directement. Elle peut être instrumentalisée pour étouffer le dialogue religieux et l'annonce de la Parole. C'est la tentation de nombreux hommes et femmes politiques. Elle se décline de deux manières. La première est une laïcité tabou, qui ne laisse aucune place aux convictions religieuses dans la société. La seconde est une laïcité à plusieurs vitesses, qui affirme la place dominante du Catholicisme dans la culture française et traite les autres religions selon leur "compatibilité" avec ce point de référence. 
Très tôt, Emmanuel Macron a adopté un discours différent sur ces questions. Il prône une laïcité protectrice de notre liberté de conscience, dans laquelle "La République doit permettre à chacun de vivre dans l’intensité de ses convictions dès lors qu’elles n’interfèrent ni avec celles d’autrui ni avec les règles communes". J'aime la formule "dans l'intensité de ses convictions" : la foi n'est pas un accessoire de la pensée, elle est intense.
Je défends cette conviction car seul le dialogue ouvert permet que chacun puisse chercher Dieu et que les mensonges prêchés par certaines sectes soient confrontés à la lumière.

S'il faut regarder un programme dans son ensemble pour se forger une conviction, il faut également observer les comportements de nos candidats. Cette campagne a été particulièrement marquée par la diffusion de fausses informations, les injures, la recherche d'ennemis, la violence verbale et parfois physique contre les médias. Emmanuel Macron en a particulièrement fait l'objet, accusé des pires vices pour avoir exercé un métier financier. Je me suis exprimé à ce sujet sur ce blog.
Pourtant ce candidat a toujours refusé les hués dans ses meetings. Il a fait applaudir les candidats éliminés au soir du premier tour. Il n'a pas fait de promesses fantaisistes et intenables, même devant les ouvriers de l'usine Whirlpool. Jugeons les faits, pas les images calomnieuses véhiculées par les réseaux sociaux.

Je ne peux pas finir sans un mot sur le vote blanc, prôné par infochretienne.com. Voter blanc ne dégage pas les électeurs de leurs responsabilités. C'est au contraire le choix assumé de laisser n'importe lequel des candidats accéder au pouvoir. C'est exprimer la conviction que les deux projets proposés aux Français sont également bons ou mauvais. En l’occurrence c'est affirmer que le socio-libéralisme et le nationalisme se valent.



Ainsi je soutiendrai Emmanuel Macron dimanche 7 mai, puis aux législatives et si les Français le veulent, pendant les prochaines années, sans pour autant perdre mon intégrité.

mercredi 26 avril 2017

Confier la France à un banquier ?

Je lis et j'entends autour de moi qu'il ne faut pas confier la France à un banquier. Certains mettent même à égalité le fait d'avoir été banquier et celui d'être ouvertement xénophobe.
Je disais en 2008, à ceux qui croyaient que la crise était passée : "on mesurera son ampleur lorsque la foule s'en prendra aux traders". Nous y sommes, tout notre système économique et malade et on cherche frénétiquement un coupable à défaut de remède. Des charlatans prospèrent en proposant comme solution les méthodes mêmes qui nous ont mis dans cet état : la création monétaire, l'inflation, la relance par la consommation, la guerre économique entre Etats européens. Ils nous semblent pourtant dignes de confiance puisqu'ils n'ont jamais travaillé dans l'économie réelle.